Nature - Stratagemme

Archive pour la ‘Nature’ Catégorie

En attendant la Nouvelle Collection de Bijoux qui sera bientôt en ligne, 3 jolis pendentifs réalisés avec des branches de Corail de Méditerranée ont rejoint la Boutique Stratagemme. Je les ai créés à l’occasion d’une demande de bijoux sur mesure. Je propose toujours – selon mon stock de pierres – plusieurs modèles.

Cliquer ici pour afficher tous les bijoux en Corail disponibles sur le site… Sur le site vous trouverez des bijoux réalisés avec du Corail de Méditerranée et du Corail d’Indonésie.

Le Corail est à la fois, animal, végétal et minéral. Il a un exosquelette rouge vif mais celui-ci peut aussi être décoloré et devenir rose ou même blanc.

Récolté en France, le Corallium Rubrum que l’on surnomme « sang de bœuf » est l’un des plus beau au monde. C’est celui que l’on nomme également « Corail de Méditerranée ». On le trouve aussi au Japon.

Les coraux forment des colonies de polypes et certains organisent leur existence avec des algues symbiotiques, de couleur brune, qui sont munies d’un flagelle locomoteur qui leur permet de nager. Ce sont les algues qui donne leur couleur aux coraux grâce à leur pigments chlorophylles et caroténoïdes.

Le squelette, constitué de calcium, protège les polypes des prédateurs.

Pour en apprendre davantage sur le Corail, son mode de vie, son histoire et aussi la règlementation de la pèche, vous trouverez une synthèse détaillée en consultant la page dédiée au Corail…

10-11-12 février 2012 de 10h à 18h. Adresse Salle Les Colonnes 51 Bd du Maréchal Joffre Bourg-la-Reine (92340) Accès N20 RER B Organisation : Orchidées 75 Entrée : 3 €
C’est avec grand plaisir que je vous présente Cécile et son blog sur la Nature en général et l’Art floral en particulier. Cécile et moi partageons la même passion pour la Nature et une fascination toute particulière pour sa beauté. Je vous laisse découvrir Cécile et son monde merveilleux !   « Après des études scientifiques, je m’oriente dans le Paysage, l’appel de Dame Nature étant trop fort ! Je complète cette formation par 3 ans d’apprentissage en Art Floral. Réfléchir sur des projets d’aménagement, concevoir des solutions efficaces et esthétiques, accompagner les mariés dans leurs envies et voir aboutir toutes ces réflexions, est ce qui m’a motivé à me mettre à mon compte, au printemps 2010.   Je réalise des études paysagères et évènementielles pour les particuliers et les entreprises. Je vous conseille à l’extérieur, dans l’aménagement de vos jardins, ou à l’intérieur, dans le décor d’un événement (mariage, vernissage, exposition, décor permanent, …etc.)   Cela consiste à me déplacer pour vous rencontrer, et établir avec vous, vos besoins. Je prends alors des photos des lieux afin d’avoir une base de travail. À l’aide de ces clichés, je réalise différentes planches suivant vos besoins : palettes végétales, carnet de tendances, croquis d’ambiances, plans de plantation, photomontages… etc. Vous n’avez plus qu’à choisir ! À moi ensuite de coordonner qualité, prix et ponctualité auprès des professionnels compétents. Passionnée par l’art des jardins, les fleurs, le développement durable, l’artisanat et la photo, je publie des articles sur mon blog contenant des liens vers des sites intéressants, compte rendu de mes visites de festivals ou pour partager de beaux clichés. Alors, je vous souhaite une belle visite sur mon blog. Au plaisir de lire vos commentaires à la suite de mes articles et de vous accompagner dans vos projets 😉 » Cécile GinDéKo, Art Floral et Paysage

http://www.gindeko.com/

« A l’heure où tous les citadins ont besoin de nature, le Maire de Paris bétonne en force, et veut supprimer les serres d’Auteuil, inscrites au patrimoine historique, un des si rares bonheurs de la botanique et de la promenade à Paris, pour se faire applaudir sur un stade. Quand la terre sera couverte de stades à la gloire des grands de ce monde, irons-nous mieux? N’hésitez pas à signer la pétition et à la faire connaitre.http://www.petitions24.net/serresdauteuil « Association Orchidée 75

orchidee.75@free.fr

C’était les 5-6-7 mars 2010… Exposition organisée par l’association Orchidée 75 à Bourg-La-Reine Les décors sont réalisés par Orchidée 75 ornés par les orchidées des producteurs présents sur le salon.   Aussi loin que remonte ma mémoire de réginaburgienne… Du jamais vu à Bourg-La-Reine ! Une exposition sublimissime ! Des orchidées colorées et épanouies ! Une foule que vous ne verrez pas sur les photos ! Plus de 2000 visiteurs en 2 jours ! Peinte à la main ? Non !!! Naturellement belles ! Des animaux, des Insectes ? Non ! Le règne admirable et admiré des orchidées ! Un intrus par les orchidées ? Non ! Une orchidée parmi ses sœurs… Et celle-ci ? Elle porte comme un panier. C’est un nid douillet pour accueillir les insectes pollinisateurs ! Deux mille et une couleurs pour deux mille et un visiteurs ! Et le bouquet final ! Pour le plaisir des yeux… J’espère que cela vous a plu ! Je vous invite à écrire quelque commentaire pour nous faire partager votre passion, et qui sait, peut-être le lien de votre site sur les orchidées !?…

L’Association Orchidée 75 et la Ville de Bourg-la-Reine (92)

vous invitent à découvrir le monde vaste, coloré et fascinant des orchidées, avec des espèces venues de tous les continents présentées dans des décors exotiques

EXPOSITION D’ORCHIDEES LES 5-6-7 MARS 2010

Salle Les Colonnes 51 bd du Maréchal Joffre 92340 Bourg-la-Reine  ateliers d’initiation à la culture démonstrations de rempotage en pot ou en vase informations et conseils par des orchidophiles passionnés panneaux didactiques pour connaître cette immense famille conférences et projections espace librairie très complet et séances de dédicaces producteurs proposant un vaste choix d’orchidées artistes et artisans exposant leurs créations autour des orchidées tombola gratuite journalière participation de l’Association Française des Amateurs de Bonsaï

Pour venir nous voir :Salle Les Colonnes – 51 bd du Maréchal Joffre – 92340 Bourg-la-ReineVoiture : de Paris par RN 20 à 15 mn de la Porte d’OrléansParking : 66 bd du Maréchal JoffreRER : ligne B – Station : Bourg-la-Reine – à 200 m de la SalleBus : lignes 172-197-291-390

Pour nous contacter :Orchidée 75 – 22 av. de Laumière – 75019 ParisCourriel : orchidee75expo@free.fr

Blog de l’association Orchidée 75

« Les éléphants sont des animaux très intelligents qui tissent entre eux des liens sociaux sophistiqués que les braconniers exploitent. Ils tuent les jeunes afin d’attirer les parents et les abattre à leur tour pour s’emparer de leurs défenses », explique le Mail and Guardian. Le prix du kilo d’ivoire est passé de 200 dollars [142 euros] en 2004 à 6 000 dollars [4 287 euros] aujourd’hui, de quoi susciter les convoitises. La Tanzanie, suivie de la Zambie et du Malawi, est le centre de ce trafic dont les clients sont essentiellement des pays asiatiques. Dans les années 1990 une campagne internationale avait donné un coup d’arrêt au trafic, rappelle l’hebdomadaire sud-africain. « 

Courrier International, 2 juillet 2009.

Les coraux ont longtemps intrigué les naturalistes. Fallait-il le classer dans l’un ou l’autre règne : minéral, végétal ou animal ? Par la multiplicité de leurs formes et de leurs structures, ils semblaient rebelles à toute tentative de classification. Au toucher, ils avaient une consistance nettement minérale tandis que leurs formes évoquaient des arbustes ou des fleurs. Il fallut du temps aux naturalistes pour comprendre que les coraux étaient le fruit d’une étonnante symbiose entre des animaux et des végétaux microscopiques. Le maillon de base de l’édifice est le polype, minuscule animal au corps mou de forme cylindrique et dont l’orifice oral s’orne d’une couronne de tentacules.

Le corail est à la fois, animal, végétal et minéral. Il existe des coraux rouges, bleus, noirs, etc.

Les coraux forment des colonies et certains organisent leur existence avec des algues symbiotiques : les zooxanthelles. Ces algues brunes sont munies d’un flagelle locomoteur qui leur permet de nager. Par leur pigments chlorophylles et caroténoïdes, celles-ci confèrent leur couleur aux coraux. Ces zooxanthelles s’installent dans le cytoplasme des cellules des polypes et y effectuent la photosynthèse, la structure translucide du polype ne gênant en rien l’arrivée abondante de lumière. La densité de Zooxanthelles peut être extraordinaire, avec des densités variant généralement entre 1 à 5 millions d’algues unitaires par cm2 dans les tissus des coraux.

Naturellement, les polypes bénéficient des matériaux élaborés par la photosynthèse dont ils se nourrissent. En outre, les zooxanthelles interviennent directement dans la construction du récif. Elles absorbent le gaz carbonique en le prélevant dans l’eau de mer. Du coup le bicarbonate de calcium dissout précipite sous forme de calcium insoluble, lequel forme le squelette minéral des coraux. Le squelette protège à son tour des prédateurs les zooxanthelles qui ont contribué à édifier le squelette du corail. Sans le rôle décisif des zooxanthelles, la survie du polype en haute mer serait gravement compromise car il ne pourrait se suffire des faibles quantités de zooplancton du milieu marin. Il exige une eau très claire pour se développer.

Construction du squelette

Le squelette minéral est composé de carbonate de calcium (calcite 90% du poids du corail), comprenant également du magnésium, fer, potassium, sulfate, phosphate, silicate et de la matière organique. La couleur du squelette est variable selon les régions, du rouge sang jusqu’au blanc. Il est créé par des pigments caroténoïdes. Sa densité et sa couleur dépendent de l’intensité des courants marins auxquels il est exposé.

La macrodureté est de 3,5 et la densité est comprise entre 2,6 et 2,7. Le corail est bien évidemment attaqué par les acides, avec effervescence. Sa fluorescence sous la lumière noire est d’une intensité variable, souvent faible.

Nutrition

Le corail puise sa nourriture dans la masse d’eau, mais il n’a pas, comme les éponges, de système de pompage permettant d’aspirer les particules nutritives vers la bouche. Le corail est un ‘filtreur passif’ : le réseau dense des tentacules pennés des polypes épanouis forme un filtre efficace, qui doit être alimenté par des courants. Les cavités internes des polypes communiquant entre elles, les produits de la digestion profitent au reste de la colonie.

Reproduction, Croissance et Longévité

Le corail se reproduit par voie sexuée, les colonies étant hermaphrodites. La fécondation est externe et l’œuf donne naissance à une larve ciliée qui se fixe sur un substrat dur et donne un petit polype qui forme par bourgeonnement une colonie.

La maturation des gonades dure un peu plus de deux ans chez les femelles et un an chez les mâles. Le corail rouge commence à être fertile à une très petite taille : toutes les colonies sont fertiles à 30 mm de haut, tandis que certaines le sont déjà à 15 mm. Toutefois, ces minuscules géniteurs peuvent être âgés de 10 ans !

Le corail rouge se multiplie aussi par voie asexuée par bourgeonnement. Sa croissance, très lente, varie entre 2 et 8 millimètres par an. Certaines espèces sont connues pour pousser de 25 cm par an dans la nature. D’autres vivent à plus de 1000 m de fond dans le Pacifique et peuvent atteindre plus d’un mètre de haut avec un poids de plusieurs dizaines de kg.

Lors de certains stress, les coraux expulsent ces Zooxanthelles ainsi que leurs pigments colorés, et nous observons alors un blanchiment des récifs qui est mortel si la situation causant le stress dure plus de quelques jours.

Le genre corallium se trouve dans la plupart des mers tropicales et subtropicales. 5 espèces vivent dans l’océan atlantique et une dans la mer méditerranée.

Le genre Corallium a été créé par Cuvier en 1797 pour le corail rouge de Méditerranée (Coralluim Rubrum). Ce genre comprend 19 espèces distribuées en Atlantique, en Méditerranée, dans l’océan Indien et le Pacifique, la plupart à grande profondeur. Seul Corallium rubrum est côtier en Méditerranée.

Ce corail a, le plus généralement, un exosquelette rouge vif mais celui-ci peut aussi être décoloré et devenir rose ou même blanc. Récolté (entre autres) en France, le Corallium Rubrum que l’on surnomme « sang de bœuf » est l’un des plus beau au monde.

Présent en méditerranée depuis 80 millions d’années, le corralium rubrum vit sur les côtes rocheuses en groupe de colonies entre 20 et 600 mètres de profondeur dans des eaux entre 17 et 20°C. Cette espèce n’aime pas la forte lumière et on la trouve soit dans des grottes sous-marines, soit à une certaine profondeur.

Le corail rouge de méditerranée, invertébré à structure coloniale, est constitué de nombreux petits polypes blancs de quelques millimètres de haut répartis autour d’un squelette calcaire rouge intense qui seul subsiste après la mort de la colonie.

Le corail rouge est extrêmement sensible à son environnement. En 1999, on a estimé jusqu’à 90% de mortalité dû à une élévation de la température inhabituelle et excessive jusqu’à 40 mètres de profondeur (en méditerranée).